« Suite parentale » : Définition et usages


Parmi les attentes des futurs acquéreurs d’un logement (neuf ou rénovation), le critère de la «suite parentale » a de plus en plus la côte.


Suite parentale

Qu’est-ce qu’une « suite parentale » ?

On définit comme « suite parentale » tout espace comprenant, en plus de la chambre des parents, et de façon contiguë, au moins une salle d’eau (ou petite salle de bain) et un espace de rangement type dressing (ou éventuellement un très grand placard). Le minimum consiste à concilier les 3 fonctions de sommeil, toilette et rangement. Pour parler de « suite parentale », les 3 pièces correspondant à ces 3 fonctions doivent obligatoirement communiquer (pas question de passer par un couloir pour aller de la chambre à la salle de bain !) ou être contenues dans un seul espace (non cloisonné).


Avantages et inconvénients de la « suite parentale »

Dans les prochains articles, nous aborderons les arguments en faveur de l'ouverture de la cuisine sur le séjour, voici maintenant un essai de réponse à « Pour ou contre la suite parentale ? ». A priori, on conçoit mal d’être contre. Il ne faut pourtant pas négliger les contraintes techniques ni celles inhérentes à la vie familiale.


Les principaux atouts de la suite parentale :

Le confort : Pas besoin de circuler dans les couloirs pour aller faire sa toilette ou choisir la tenue du jour dans un placard partagé par autrui. Le gain de temps : Tout avoir sous la main, c’est toujours 5 minutes gagnées à paresser au lit !

L’intimité du couple : Pas besoin de partager la salle de bain avec celle des enfants. Chacun chez soi, selon son âge et ses besoins.

L’aspect pratique : L’aménagement d’une pièce d’eau supplémentaire fluidifie le fonctionnement de la famille au quotidien en évitant la bousculade à la porte de la salle de bain. Un vrai bonus aussi si on a des horaires décalés et que la douche est un peu bruyante. La tendance à séparer « l’espace nuit » de « l’espace jour » permet de moduler l’habitation en « blocs » distincts, quasi indépendants, en réservant les pièces moins lumineuses à la nuit.

L’agencement et la décoration de la salle de bain : si la pièce d’eau n’est utilisée que par des adultes, le choix « douche ou baignoire ? » voire « douche et baignoire » est beaucoup plus ouvert que pour des petits qui ont absolument besoin de barboter…


Les principaux inconvénients de la suite parentale :

Dans les grandes maisons, l’espace n’est pas un problème, mais dans les logements de taille moyenne, la suite parentale empiète évidemment sur les mètres carrés communs de la maison. Dans une suite parentale, la salle d’eau est bien souvent ouverte sur la chambre (ou via le dressing). Préserver l’intimité du couple se fait alors souvent au détriment de l’intimité personnelle…

Le coût en rénovation : Si la configuration des lieux s’y prête mal, le prix des arrivées d’eau, canalisations d’évacuation, ventilation, raccords de sol, reprise des plafonds, etc. peut s’avérer plus élevé que prévu.


Quelle superficie pour une « suite parentale » ?

Sachant que la taille communément admise pour une chambre parentale est de 12m², on estime qu’un espace minimum de 12 à 20m² est nécessaire pour réaliser une suite parentale. La solution consistant à intégrer la salle d’eau à la chambre est celle qui utilise le moins de surface, mais elle nécessite (pour être vivable au quotidien !) d’utiliser des astuces de cloisonnement de l’espace.


Les erreurs à éviter en aménageant une suite parentale : Trop souvent, l’envie d’une suite parentale design avec une baignoire centrale et un grand dressing nait à la suite d’un reportage dans un magazine de décoration… Avant de succomber à cette envie chic sur papier glacé et d’abattre les murs, il est indispensable de se poser les bonnes questions. La première d’entre elles est simple : Pourquoi souhaitez-vous créer une suite parentale ? Cela peut paraître étonnant comme question, mais clairement la réponse apportée détermine en grande partie la suite de votre projet. En effet, si le « pourquoi » tient essentiellement à rentrer dans la norme des magazines déco, à moins d’être Crésus, cela n’est pas une raison suffisante ! Non. L’aménagement d’une suite parentale doit répondre à un vrai besoin familial surtout lorsque la place est comptée. Ainsi, avant de vous lancer dans de gros travaux, pesez bien le pour et le contre. Une suite parentale correspond-t-elle à vos habitudes de vie ? Ne vaut-il pas mieux créer une deuxième salle de bains indépendantes ouverte sur le reste de la maison plutôt qu’une salle d’eau privative ? Un placard intégré à la chambre n’est-il pas suffisant plutôt qu’un vaste dressing ? Toutes ces questions conjuguées amènent à une question principale : avez-vous vraiment besoin d’une suite parentale ? Si vos habitudes de vie vous poussent à répondre oui (levé décalé, gêne pour les enfants ou pour les parents, etc), alors la dépense se justifie. La question reste de savoir si le besoin est l’intimité ou la nécessité d’une seconde salle de bains… Si après toutes ces questions, la suite parentale reste d’actualité, faites les choses dans les règles de l’art. Bâtissez votre projet en fonction de la place disponible. Étudiez toutes les options possibles en terme de circulation, de dégagement, d’insonorisation, de tamisage de lumière, etc. Gardez toujours à l’esprit qu’une suite parentale avant d’être jolie et chic doit être pratique à vivre ! Si vous disposez de peu de place dans le cadre d’une rénovation, profitez de votre projet pour explorer de nouvelles options comme la création d’une extension, l’aménagement de combles en « étage parental » ou en « royaume des enfants ». Dans tous les cas, n’oubliez jamais qu’une suite parentale doit au minimum s’étendre sur 12 m², et que dans cette configuration minimale, le dressing doit s’imaginer dans une pièce distincte ou via des placards intégrés à portes coulissantes. N’oubliez pas également que le plus onéreux et le plus contraignant dans une suite parentale c’est la plomberie ! Faire venir une canalisation d’évacuation et une prise d’eau dans une pièce non équipée peut s’avérer périlleux voire impossible dans certains cas sans tout casser. Et qui dit pièce d’eau dit également ventilation efficace, sans quoi les murs ne tarderont pas à prendre l’humidité et à se dégrader.

463 vues

© 2019

 ABM MAITRISE D'OEUVRE